Industrie 4.0 et objets connectés

06/04/2017

L'évolution des équipements connectés dans l'industrie 4.0

L'évolution des équipements connectés dans l'industrie 4.0

Ce matin, la discussion autour d’un café portait sur l’intérêt des pèse personnes connectés. Discussion animée des pour et des contre.
Un de nos équipiers - un vrai geek - nous expliqua comment avec son iWatch™  il suivait ses courbes de sommeil pour mieux récupérer des jet lags.

Ceci illustre à quel point les nouveaux usages sont les vecteurs essentiels de la diffusion des nouvelles technologies.

Qu’en est-il dans notre Industrie ?

Il est dans l’esprit de chacun que les objets connectés sont petits, portables, sans fils et le plus souvent domestiques. Si on s’intéresse à l’usage dans nos usines, on s’aperçoit que la taille importe peu et que le wireless est pratique… sauf si l’on possède déjà le réseau.
L’idée principale est qu’un objet connecté puisse communiquer des informations et en retour recevoir des informations utiles à son fonctionnement. Ainsi, tout équipement pourrait être à la fois fournisseur et consommateur d’information.

Quels nouveaux usages pourrions-nous imaginer de ces équipements connectés ?
Prenons un exemple : un robot de palettisation pourrait donner des informations sur son fonctionnement en temps réel: cadence, numéro de palette en cours de formation, état de ses magasins de palettes bois et intercalaires, consommation électrique. Il pourrait envoyer des alarmes sur son fonctionnement – durée et cause des arrêts. Ces informations sont utiles pour de multiples usages : les approvisionnements, les fours de rétraction, la GMAO, la gestion de l’énergie ... et le SIL pour suivre le TRS.

Cet exemple peut s’appliquer pour l’atelier de composition, les fours, les feeders, les machine IS, les arches, les machines d’inspection ou tout autre équipement ou capteur.

Aujourd’hui, notre système de MES, le SIL, est lui-même un objet connecté : nous mettons à disposition  des web services qui sont utilisés par la régulation du four ou par les analyseurs de fumées en leur fournissant en temps réel et pour chaque ligne de fabrication la vitesse et le poids de travail.

Ici on ne parle plus de transmettre l’information par des bus de terrain qui nécessitent une connaissance approfondie des programmes automates. Nous parlons ici de web services hérités du web2.0 dont les balises pourraient être standardisées au niveau mondial ou au sein de chaque constructeur. A l’image de twitter et de ses « followers », un équipement communiquera sans savoir qui utilisera l’information sur le réseau.

Cette vision Industrie 4.0 est au cœur de la stratégie de Vertech'. La relation avec les fabricants d’équipement pour aller ensemble vers des architectures orientées web services est depuis longtemps un élément essentiel de notre politique.

Dès à présent, de plus en plus d’équipements en verrerie « twittent » des informations de fonctionnement, de pannes, de consommation énergétique sous un format xml documenté et compréhensible. Nous intégrons déjà ces nouvelles pratiques permettant d’améliorer la performance et d’anticiper les pannes dans les usines de verre.

Auteur: Philippe Bierry

Article publié dans le n°3/2016 du magazine "Glass machinery plants & accessories"

VERTECH' - Logiciels pour l'industrie du verre

 Retour